Abonnez-vous à notre Newsletter
 
Conformément à la réglementation européenne RGPD, les informations recueillies dans ce formulaire sont enregistrées par EVE Audio dans un fichier centralisé protégé afin de vous envoyer notre Newsletter. Elles seront conservées jusqu'à ce que vous annuliez votre abonnement à notre Newsletter. Vous pouvez exercer votre droit d'accès à vos données personnelles .
SC207+SC307
A-Town Recordings
SC207
BahçeKat Studio
SC307+TS110
Ben Collier
SC208
Bob Spencer
SC307
Callum MacColl
SC207
Cam Bluff
SC407
Chevy One
SC203
Chrysanthemum Bridge
SC307
Crada
SC307
Craig Carter
SC208
Creative Audio Works
SC407
Cutfather
SC407+TS112
Dallas Studios
SC205
Dazastah
SC307
Dirtcaps
SC407
DJ Daniele Danieli
SC207+SC307+TS110
DJ eM
SC407
DJ Fopp
SC208
DJ QuestionMark
SC207
Eldar Djangirov
SC305
Fullframe Studio
SC407
Funky Viva Productions
SC407
Goodluck
SC305
Gwenael Damman
SC205+SC207+TS112
Hauptwerk Systems UK
SC207+SC408
High Tide Studios
SC207
Hromadske.TV
SC207
Hull College Group
SC305+TS108
Hyoung Woo Roh
SC207
Jangwon Kim
SC307+SC407+TS112
JLMx Studio
SC407+TS112
Johnny Yim
SC207+SC305+TS110
Joy Art Studio
SC205+SC207+SC208
Kingston College
SC307+SC407+TS112
Knack Studios
SC203+SC407+SC408
Kung Fu Studios
SC307+TS112
La Baia dei Porci
SC208
La Distilleria
SC307
Les Liens du Son
SC203+SC307+TS108
LoudBell Studio
SC307
Łukasz & Adam Sztaba
SC408+TS112
Mischke
SC307
Mr.Black
SC407
Nobel Street Studios
SC207+TS108
NoizeBusters Studio
SC207+SC408
Onkio Haus
SC407
Piotr Semczuk
Pologne
SC205+SC305
Prasanna Hanuwate
SC307
Pughouse Studios
SC407
Randy Copus
SC205+SC307
Record Factory
SC407
Red Loft Studio
SC307
Robby De Sa
SC207+SC208+TS108
Roumanie
SC407
Route94
SC207
Sear Sound Studio
SC307
Sear Sound Studio
SC208+TS112
Sepura
SC305
Shadab Rayeen
SC407
Shake Down Studio
SC305
Shigeo Aoki
SC203
Super Changddai
SC207
Thundabird Studios
SC307
Tom Olbrich
SC407
Université de Northampton
SC305+TS108
Village Recording Studio
SC407
WireWorld Studio
SC3010
Woodbine Street
SC307
WSL Studio
SC3010+TS110
W & W

AustralieCam Bluff

Producteur

SC207

Cam Bluff est l'un des producteurs de hip-hop les plus en vue en Australie. Sa notoriété est encore assez récente mais son parcours laisse entrevoir un futur grand.
Cam a travaillé avec tout le gratin de la scène hip-hop australienne, dont 360, Illy, Mantra, Spit Syndicate et beaucoup d'autres. Adoubé par ses pairs, il devrait marquer l'année 2014 de son empreinte. Electric Factory a rencontré Cam pour l'interroger sur ses techniques de production, ses influences musicales, ses outils de studio préférés et son actualité à venir.

[Electric Factory] Tes productions semblent portées par des influences très variées – sons et bruits électroniques modernes, samples bouclés et grooves hip-hop signés MPC. Quelles sont tes influences principales ? Quels sont les artistes qui ont contribué à la naissance du son Cam Bluff ?

[Cam Bluff] De nombreux artistes et producteurs m'influencent, et cela dans différents genres musicaux. J'adore le hip-hop, mais je pense qu'avoir grandi en écoutant Metallica et Dave Matthews m'a aidé à faire le lien entre différents styles musicaux. Ça m'a aussi conduit à utiliser beaucoup plus d'instruments live. Parmi mes influences, il y a aussi des producteurs comme Black Milk, Pete Rock, Dilla, Ryan Leslie, DJ Khalil, Justice League et TropKillaz.

[EF] Comment appréhendes-tu la composition ? Est-ce que tu commences plutôt par un groove de batterie, un sample ou un mélange des deux ?

[CB] Généralement, je commence par les batteries pour définir le rythme et le pattern de base, tout en testant des samples pour déterminer l'esprit du morceau. Ça dépend aussi de l'artiste à qui j'enverrai le titre. Parfois, j'essaie des idées originales, je joue avec les boutons et les touches. Il suffit d'un début d'idée ou d'un sample pour que les choses commencent à se mettre en place.

[EF] Parle-nous un peu des « jouets » que tu utilises dans ton studio.

[CB] Actuellement, j'utilise un Apple iMac, Ableton Live 9, des EVE Audio SC207 (de loin les meilleurs moniteurs que j'ai jamais eus), un Akai Pro MPC2000XL, un Novation Mininova, une interface Apogee Ensemble, un préampli Focusrite ISA Two, un Roland RS101 et plusieurs MoogerFoogers. J'utilise aussi beaucoup de synthés virtuels et de plugins, notamment d'iZotope, de Waves, de Native Instruments et d'Arturia.

[EF] Est-ce que tu utilises aussi des synthés et des effets matériels ? Quels sont tes processeurs d'effet préférés ?

[CB] J'utilise différentes choses. J'ai récemment acheté le synthé Mininova de Novation qui a des sons superbes, des nappes aux leads. Actuellement, mon synthé virtuel préféré est soit « Lush 101 » de D16, soit « Massive » de N.I. Pour les traitements audio, mes plugins favoris sont « Echo Boy » de Sound Toys ainsi que « Trash » et « Alloy » d'iZotope. Chacun d'eux possède sa personnalité propre et permet de transfigurer le son. Je choisis simplement en fonction du résultat que je veux obtenir.

[EF] Tes titres ont un grave vraiment tendu. Quel est le secret pour que le kick, la basse et les infrabasses (s'il y en a) se marient parfaitement ?

[CB] Au départ, il faut choisir les sons qui conviennent. En superposant des sons, on peut obtenir un gros son très rapidement. Je peux empiler 2 à 4 kicks, chacun ciblant une certaine bande de fréquences. Dans 99% des cas, je mets un compresseur dans la chaîne latérale pour traiter la basse, des samples ou des instruments.

[EF] Et la compression parallèle ?

[CB] C'est super sur les batteries qui gagnent non seulement en puissance mais aussi en « autorité » dans le mix, et ça marche également avec d'autres instruments. J'utilise la compression parallèle dans quasiment tous les titres auxquels je travaille. Je mixe souvent le bus compressé et le signal non traité. Ça aide beaucoup pour conserver un niveau homogène. Je teste aussi le bus compressé avec différentes égalisations et différents niveaux de gain en fonction du morceau.

[EF] Si tu pouvais choisir de travailler avec cinq MC de la scène internationale, qui seraient-ils ?

[CB] KANYE WEST – Peu m'importe ce que les gens pensent de lui, on lui doit certains des titres hip-hop les plus créatifs et les plus influents de ces dix dernières années. J'ai beaucoup appris de lui.
NAS – La raison principale pour laquelle j'aimerais travailler avec lui tient au fait que sans lui, je n'aurais pas fait de production. « Illmatic » avait déjà fait tant de choses alors que je commençais tout juste à triturer des grooves.
PARTYNEXTDOOR – Il s'agit d'un nouvel artiste signé par Drake. Ça faisait longtemps que je n'avais pas été impressionné à ce point par un nouvel artiste. Il a trois casquettes : il chante, produit ses propres titres et rappe ! Je suis curieux de ce qu'il nous réserve pour 2014.
KENDRICK LAMAR – J'aime beaucoup son approche créative de la musique. Quand « Section.80 » est sorti il y a quelques années, je me souviens que je le trouvais très en avance sur son temps.
BLACK MILK – C'est une de mes principales sources d'inspiration depuis des années. Quand j'ai écouté « Album of the Year » en 2010, j'ai été impressionné par sa façon tellement authentique et organique d'incorporer des instrumentations live à la musique. Et c'est aussi un rappeur fantastique.

[EF] Quels sont tes projets actuels ?

[CB] En ce moment, je travaille avec de nombreux artistes de Melbourne sur le point de sortir leurs premiers albums. Parmi eux, il y a deux rappeurs, « Allday » et « Dylan Joel ». Je travaille aussi beaucoup au premier album de l'auteur/compositeur « J Dwight » et suis heureux de faire partie de l'aventure. Ce sera un genre de hip-hop new-yorkais old-school new age et R'n'B... [rires] Je travaille aussi à la production de mon propre album qui devrait sortir en mai et comportera des contributions de MC venus de toute l'Australie. Je suis engagé d'autres projets mais ne peux pas encore en parler. L'année 2014 s'annonce chargée.

[EF] Selon toi, quels sont les producteurs australiens qui montent ?

[CB] Les deux premiers sont « Renz » et « Hamley » de Brisbane, ma ville natale. Tous deux ont explosé ces derniers mois et l'année qui commence s'annonce passionnante. Il y a aussi « Chiefs » (auparavant « C1 ») qui, bien que sorti de nulle part, cartonne tout ce qui bouge ! Lui vient de Melbourne.

[EF] Selon toi, qu'est-ce qui fait un bon producteur ? Est-ce que tout le monde peut devenir producteur, est-ce que ça s'apprend ?

[CB] Je pense qu'un bon producteur doit être capable de collaborer avec différents artistes et de concrétiser leurs visions. Tout le monde peut programmer un groove, mais peu possèdent cette capacité d'adaptation à différents artistes et différents styles. Par conséquent, il faut rester humble, ne pas croire que les choses vont se faire toutes seules. Il faut apprendre le plus possible. Je continue à apprendre et à m'améliorer chaque jour ; ou du moins, j'essaie. Il faut rester motivé, ne pas se braquer, s'améliorer.

[EF] Tu as quitté le soleil de Brisbane pour Melbourne. Qu'est-ce que tu as trouvé à Melbourne ? Qu'est-ce qui te manque de Brisbane ? Et surtout, est-ce que tu as déjà choisi ton équipe de « footy » préférée ? [NDT : le footy est un sport australien proche du rugby]

[CB] J'aime Melbourne. La culture est partout. Ici, je trouve tout ce que Brisbane n'a pas : des disquaires, des boutiques de fringues, des magasins de musique, des salles de concert. La plupart des artistes avec lesquels je travaille sont à Melbourne. J'ai bien fait de m'installer ici ; il fallait juste que j'attende le bon moment. Pour ce qui concerne le footy, je n'y ai pas encore goûté. Il faut dire que j'ai grandi dans le Queensland où il n'est pas développé. On verra si je suis pris par la passion...

Interview : Electric Factory, Australie



S'abonner à la Newsletter :


Ne plus afficher !